RELIANCE COACHING Conscience et éveil de soi

Conscience & Connaissance de soi | Evolution personnelle | Réalisation de soi

Responsabilisation d’action

 

 

Face à la vie et à ses imprévisibles, la prise de conscience n’est jamais suffisante. Elle demande à être prolongée par la capacité d’inscrire ses décisions ou ses engagements sous forme d’une prise directe et concrète sur la réalité.

 

Le bouddhisme, qui semble s’être appuyé sur un savoir, et une pratique, une sagesse plus anciennes – que l’on pourrait appeler primordiales -, nous a aussi apporté un outil fabuleux : la posture et la méditation. Au-delà de notre corps, la posture méditative engage tous nos sens et toutes nos facultés : la totalité de l’être profond se mobilise autour de l’intensité du silence et de l’écoute.

 

La méditation est une démarche de liberté qui n’entraîne aucune dépendance. En ce sens, elle est moderne, car elle ne nous fait dépendre de personne, sinon de notre propre rigueur personnelle à la pratiquer.

 

Prendre une posture et méditer ne relève d’aucune contrainte extérieure, si ce n’est de trouver un espace protégé de silence et de solitude, ce qui semble aujourd’hui de plus en plus difficile et qui prend parfois des allures de luxe!

 

La méditation est, pour moi, un chemin d’action pour retrouver mes énergies, pour me recentrer, pour rester dans l’axe de ma propre existence, pour nourrir surtout et respecter ce lien au divin.

 

Il y a, bien sûr, à partir des positions que j’énonce de façon peut-être trop concise et trop ramassée, beaucoup de discussions et de voies possibles.

 

Celui qui se met en chemin s’y engage pour des enjeux qui, au départ, peuvent paraître clairs ou s’imposer comme nécessaires ; ce qu’il rencontrera et découvrira ensuite sur son parcours appartiendra à lui seul. Je laisse la recherche d’un état de grâce ou d’infinitude, voire d’illumination, à ceux qui s’en donneront les moyens.

 

Je me vois, pour ma part, plein d’humanité et d’interrogations, en chemin vers le meilleur de moi, désireux de rencontrer si possible le meilleur de l’autre. Je me vois tel un passeur de vie, chargé de protéger et de transmettre cette précieuse parcelle de vie qui m’a été confiée. Je me reconnais comme un défenseur farouche de cette graine d’amour et de ce potentiel d’énergie que j’ai reçus à ma conception, que j’ai longtemps maltraités dans ma propre existence, et que je tente aujourd’hui de respecter et d’accroître autant que faire se peut, pour transmettre un peu plus de sa vivance.

 

Et je vois chacun de nous comme un éveilleur potentiel et un passeur de vie, à l’écoute de cette part de divin qui est en lui et qu’il lui sera possible d’amplifier et d’offrir à son tour.

 

 

Si le recevoir est au centre,

le don est en haut, le refus en bas.

Reste encore, de part et d’autre,

le dépouillement qui agrandit,

la tolérance qui enrichit.

 

 

Le courage d’être soi, Jacques Salomé, Editions du Relié, 1999, pp. 216-218.

 

 

Aller plus loin :


⚪ Pour celles et ceux qui s’intéressent à cette thématique, je vous renvoie aux articles suivants, Le courage d’être soi et Charte de bien-être avec soi-même.

🔵 Prêt(e) à inscrire vos décisions et engagements dans la réalité? OUI? Rencontrons-nous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24/02/2020 par dans Articles, et est taguée , , , , .

Rejoignez-nous !

Copyright © 2020 Tous droits réservés.

%d blogueurs aiment cette page :