RELIANCE COACHING Conscience et éveil de soi

Conscience & Connaissance de soi | Evolution personnelle | Réalisation de soi

Responsabilisation par rapport à la qualité de nos relations à autrui

 

 

Nous sommes fondamentalement des êtres de relation, impliqués ou engagés dans des relations multiples dont le maillage va tresser le réseau de notre accord ou de notre désaccord avec le monde. Ces relations vont nous nourrir ou nous aliéner.

 

Nous recevons habituellement deux principaux types de message en provenance d’autrui et il nous appartient d’apprendre à les identifier :

 

🔹Des messages positifs de reconnaissance, de bienveillance ou des messages cadeaux qui seront nourrissants et stimulants pour notre développement et notre croissance. Ces messages nous confirment, nous valorisent et nous prolongent, avec tous nos possibles, jusqu’au meilleur de nous même et de l’autre.

 

🔹 Des messages négatifs, disqualifiants ou polluants qui seront de véritables poisons pour notre existence. Ces messages inhibent, maltraitent et blessent nos potentialités et nos ressources. Ils nous acculent à des positions de fuite, d’agressivité ou de violence dirigées tantôt sur soi (auto-violence) et tantôt sur autrui (hétéro-violence).

 

Ces messages se différencient par leur nature, positive ou négative, qui dépendra en partie de celui qui les émet. Précisons, cependant, que le sens attribué au départ, selon l’intention de l’émetteur, ne sera pas toujours perçu en tant que tel. Car c’est celui qui reçoit le message qui lui donne un sens. Autrement dit, un message peut être émis avec une intentionnalité positive, mais produire un impact négatif!

 

Il ne suffit pas non plus que l’autre m’envoie un message positif pour que je le perçoive en tant que tel! Encore faut-il que je sache le recevoir, l’accueillir et peut-être l’amplifier pour l’enrichir à mon tour!

 

Trois alternatives relationnelles s’offrent ainsi à chacun de nous, autant de choix dont nous sommes entièrement responsables :

 

🔹 Si je sais accueillir un message positif, j’augmente et j’agrandis la vitalité de ma vie, je stimule et renouvelle mes énergies, je deviens alors plus énergétigène, je développe une qualité d’amour pour moi qui constitue cette part « d’amour de soi » pétrie de confiance, d’estime et de chaleur bienveillante.

En nourrissant ainsi ma vitalité, je suis bien responsable de la qualité d’être, de santé et de créativité que je peux m’offrir et proposer à mon entourage par la qualité de ma présence, par mon rayonnement direct ou indirect.

 

🔹 Si je laisse trop souvent venir vers moi des messages négatifs, je me dévitalise. Mes énergies sont réquisitionnées pour cette lutte interne, mon immunité baisse, je deviens énergétivore. L’amour de soi diminue et parfois, se stérilise.

La conséquence en est que je suis en survie. Je deviens alors plus vulnérable aux agressions, aux maladies, je peux même me comporter comme un compagnon épouvantable ou terroriste pour moi-même. En maltraitant, par ma passivité ou par ce que j’appelle de la fausse tolérance, mes ressources fondamentales, j’altère la vivance de mes jours et dénature mes potentialités de vie.

 

🔹 Si, en revanche, j’ai appris et intégré l’idée qu’il est possible de restituer à autrui tout message qui me fait violence, je garde et j’entretiens ma cohérence. Si je replace chez l’autre toute attitude, tout geste ou comportement que je peux recevoir comme une violation morale, verbale ou physique de mon intégrité personnelle, ou plus simplement, si je remets chez autrui ce qui n’est pas bon pour moi, je permets au moins que mes ressources restent intactes et entières.

Je n’ai pas plus d’énergie, mais au moins je n’en ai pas perdu! Je n’ai pas plus d’amour en moi, pour moi, mais, au moins, je me suis respecté! Je n’ai pas altéré la vivance de ma vie.

 

Sachant que je n’ai pas de moyen direct de contrôler tout ce qui me vient de l’autre ou de l’extérieur, c’est en m’appuyant sur le premier et le troisième de ces positionnements relationnels que je fonde la responsabilité de toute relation à autrui, que j’entretiens ou que je vivifie la vivance de ma vie.

 

En ne laissant à personne d’autre que moi le soin de faire pour moi!

 

En me responsabilisant face à la satisfaction de mes besoins, je peux accéder à plus d’autonomie relationnelle et à une valeur combien plus précieuse encore : la liberté d’être.

 

En reconnaissant que la liberté, c’est se donner les moyens de choisir et que choisir, c’est renoncer, je peux sortir des pièges du tout ou rien et donc, de l’exigence terroriste envers autrui. Sortir aussi de l’auto-privation réactionnelle et culpabilisante que je m’impose parfois.

 

Choisir, c’est aussi maintenir au minimum l’illusion de la toute-puissance infantile qui nous habite depuis nos toutes premières années.

 

Nous voyons là les préalables nécessaires à toute perspective de maturation pour exister au plein de la vie.

 

Le courage d’être soi, Jacques Salomé, Editions du Relié, 1999, pp. 211-214.

 

 

Aller plus loin :


⚪ Pour celles et ceux qui s’intéressent à cette thématique, je vous renvoie aux articles suivants, Le courage d’être soi et Charte de bien-être avec soi-même.

🔵 Prêt(e) à vous responsabiliser par rapport à la qualité de vos relations à autrui? OUI? Rencontrons-nous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10/02/2020 par dans Articles, et est taguée , , , .

Rejoignez-nous !

Copyright © 2020 Tous droits réservés.

%d blogueurs aiment cette page :