RELIANCE COACHING Explorer Révéler Sublimer

Connaissance de soi | Evolution personnelle & professionnelle | Reconversion professionnelle | Coaching

Quand vous niez votre Pouvoir de décision …

 
 

quand-votre-pouvoir-de-decision-est-nieCéline. Tout juste la quarantaine. Elle vient de quitter son travail. Pas de démission. Une rupture conventionnelle.

 

Consultante IT depuis une dizaine d’années, elle a pris la décision de se lancer dans l’entrepreneuriat. Elle veut apporter quelque chose de significatif à ce monde qui a perdu toute dimension humaine.

 

L’excitation l’incite à s’associer à une amie de longue date, Sarah. La confiance est à son maximum. Malgré de nombreux points communs et une très bonne entente, tout les oppose dans leur manière de travailler et d’appréhender l’activité dans laquelle elles décident d’œuvrer.

 

Les rôles attribués à l’une et à l’autre ne sont pas définis. Aucune étude de marché n’a été effectuée. Aucune stratégie n’est mise en place. Aucun objectif.

 

Des désirs ? Oui et ils sont nombreux.

 

Très vite, elles démarchent de potentiels clients en vue de leur présenter leur approche. Très vite, des dissensions apparaissent. Tandis que l’une est clairement orientée «Créativité» et agit au feeling et à l’impulsion, l’autre a besoin de baliser le terrain, d’avancer de manière structurée, d’effectuer des démos qui permettent aux prospects de suivre son raisonnement.

 

Sauf que les démos en question ne sont pas montées par Céline mais par son associée qui, si elle s’y retrouve dans la démarche scabreuse qu’elle tente de communiquer, laisse Céline pantoise et en difficulté face aux prospects.

 

Lorsque ces derniers posent des questions, Sarah joue le rôle de la démissionnaire en quittant la scène.

 

Tous les regards convergent vers Céline.

 

Crispation. Frustration. Incompréhension. Colère. Détresse.

 

Cafouillages en tout genre prennent le relais et ponctuent son discours.

 

C’est terminé. Elle a perdu pied. Le navire est en train de couler et l’intérêt des prospects avec.

 

Des mois de démarchage commercial s’évanouissent en une fraction de seconde.

 

Doutes, peurs, angoisses, remises en question taraudent désormais Céline qui décide de poursuivre l’aventure en solo.

 

La colère est à son paroxysme.

 

Depuis, le navire est au port. Il ne bouge plus. Il n’a plus de carburant. Aucune révision n’a été faite pour le remettre sur pied après qu’il a coulé. Alors, Céline s’entête et s’échine à poursuivre son rêve, son idéal sans passer par cette étape. Que pourrait-elle faire d’autre ? Du conseil en informatique ? Non, elle a assez donné. Elle en a assez de travailler sous pression, d’être traitée avec indifférence. La coupe est pleine et prête à exploser.

 

Se rassurer est devenu son motto.

 

Mille actions sont jetées pour vaincre l’inertie. Mille déplacements se succèdent sans cohérence, sans fil directeur.

 

Une seule motivation : se prouver qu’elle a pris la bonne décision, qu’elle n’a pas tout quitté pour rien.

 

C’est fini. La peur de l’échec s’est emparée d’elle.

 

Amertume, désillusion pulsent désormais son quotidien. La femme active, déterminée mais ô combien si peu au fait et préparée à affronter le monde de l’entrepreneuriat, s’en veut. A la peur de l’échec s’est ajoutée une culpabilité qui donne forme à chacune de ses journées.

 

L’action n’est plus. Elle s’est mue en agitation constante. Au lieu d’affronter la situation telle qu’elle est et d’en retirer une leçon pour se remettre sur les rails, elle continue à se lancer dans plein de choses qui ont peu à voir avec son projet. Comme pour mieux le fuir. Comme pour mieux se fuir.

 

Vaincre l’insomnie. Réduire les douleurs dorsales. Faire taire ses cervicales.

 

Ça fonctionne.

 

En attendant, les jours et les mois passent. La vie décide désormais pour elle. Elle ne décide plus de sa vie. Elle a décidé de remettre ce merveilleux et puissant pouvoir aux autres, à son environnement.

 

La douleur associée à ce départ chaotique l’a positionnée, malgré l’agitation fortement perceptible, dans la stagnation et l’inertie.

 

Tout ce qu’elle abhorre.

 

Tout ce que, toute sa vie durant, elle a fui. Tout ce pour quoi elle a lutté jusqu’à l’instituer comme un signe identitaire, comme son signe distinctif.

 

Depuis, elle procrastine.

 

 

QU’EST-CE QU’UN ÉCHEC ?

 

Je définirais l’échec comme une série d’actions et de comportements inadaptés à une situation bien définie. En ce sens, il est une expérience comme une autre.

 

L’échec est expérience.

 

Un échec vous donne l’opportunité de faire le bilan sur ce qui a marché et ce qui a dysfonctionné dans votre projet pour mieux vous préparer à l’avenir. Il est comme une sorte d’évaluation qui permet de procéder aux ajustements nécessaires pour mieux pouvoir rebondir et poursuivre ses objectifs.

 

Un échec, c’est donc tout simplement un apprentissage. Une leçon qu’on apprend de manière expérientielle. Ni plus ni moins.

 

Lorsque vous étiez au collège et au lycée, vous avez bien accepté d’apprendre. Les devoirs étaient là pour s’assurer que le contenu avait bien été intégré mais également pour permettre d’aborder la leçon suivante dans de bonnes conditions et favoriser la réussite. Le cursus était composé d’une série de leçons à apprendre. La démarche était graduelle. Vous n’avez jamais remis en question ce processus.

 

Lorsque vous aviez une mauvaise note, c’était l’occasion de comprendre d’où les erreurs provenaient et de pouvoir rectifier le tir pour réussir les prochains.

 

Pour la vie, il en va de même. Les devoirs sont non seulement les décisions que nous prenons mais également la manière dont on les articule, on les met en place, on y réagit. Elles sont chacune sanctionnées par une réussite ou un échec.

 

Considérez-les donc comme une sorte de passage qui vous permet de grandir EN CONSCIENCE.

 

En ce sens, l’échec m’invite à me poser une question ouverte : qu’as-tu retiré de cette expérience ? En quoi t’a-t-elle été utile ? Que t’a-t-elle montré et indiqué ?

 

Elle appelle un changement.

 

Et ce changement passe par une évaluation de l’échec en question. Que s’est-il passé exactement ? Ou qu’est-ce qu’il ne s’est pas passé ? La méthode du QQOQCCP (Quoi? Qui? Où Quand Comment? Combien? Pourquoi?) permet, à ce titre, de voir très rapidement ce qui a pêché.

 

Un échec, c’est comme une réussite. C’est un dialogue intérieur qu’on entretient avec ses propres croyances, ses peurs, ses schémas, ses habitudes, ses valeurs, etc. Ce qui va conditionner notre rebond, c’est la manière dont on va y réagir.

 

On peut tomber sous le joug de la honte que notre culture exacerbe et nous diminuer et nous inhiber OU on peut le considérer comme un premier essai s’intégrant dans une démarche continue faite d’itérations successives.

 

La honte, la peur, l’inertie, le manque de confiance en soi, quand appréhendés de la sorte, ne sont que des mots dépouillés de sens. Ils n’ont plus aucun pouvoir sur vous car vous acceptez de considérer l’échec comme un levier d’amélioration et un indicateur d’un certain nombre de dysfonctionnements.

 

Et vous voilà reparti(e) de plus belle, avec la même fougue qu’au tout début. C’est toute la beauté d’un échec. C’est un avertissement qui nous permet d’inscrire notre démarche dans un cycle d’améliorations continues. On y est réceptif ou au contraire, on se barricade, on s’auto-flagelle et/ou on s’isole.

 

Vous avez le choix.

 

Alors, ne laissez pas l’échec vous diminuer. Il aura une prise sur vous si VOUS LE DÉCIDEZ. Tout comme il pourra vous PROPULSER au sommet SI VOUS LE DÉCIDEZ. Tout sera question de la croyance que vous accepterez de mettre en place et qui conditionnera votre présent et votre futur.

 

Ne vous autorisez pas à donner votre pouvoir de décision à la vie. Ce n’est pas elle qui décide pour vous. Vous êtes seul(e) maître à bord. Votre vie ressemblera à ce que vous souhaitez tant que vous prendrez et assumerez VOS CHOIX et DÉCISIONS. Vous commencerez à la subir dès lors que ce pouvoir sera basculé sur l’extérieur.

 

Que décidez-vous pour votre vie ?

 

De la VIVRE ou de la SUBIR ?

 

Le pouvoir est entre vos mains.

 

Décidez aujourd’hui de ce que vous voulez et agissez en conséquence. Les remous sont des épreuves de vie qui contiennent, en filigrane, une leçon.

 

A vous d’en saisir les lignes et de rester VIGILANT(E) et COHÉRENT(E) dans vos actions et comportements. Personne ne le fera pour vous.

 

L’échec nous permet de progresser et de devenir ce que nous sommes alors, autorisez-vous à être et à évoluer.

 

Contenu sous licence CC BY-NC-ND.  Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification.

Intéressé(e) par nos ateliers ? Zoom sur la programmation en cours.

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15/12/2016 par dans Articles.

COACHING ➡ Réserver une séance d’exploration gratuite

Reliance Copyright © 2016-2018

Tous droits réservés.

%d blogueurs aiment cette page :